2e Nuit de la lecture : un succès confirmé

Publié le 25.01.2018
Pour sa 2e édition, la Nuit de la lecture confirme son succès avec près de 360 000 participants et plus de 4 100 événements
organisés en France et à l'international.
© DR

La mobilisation des acteurs du livre

L'implication des professionnels et des bénévoles a permis de partager la lecture sous toutes ses formes et de la rendre accessible au plus grand nombre. Près de 2 000 lieux parmi lesquels des bibliothèques, des librairies mais aussi des centres de documentation dans les collèges et lycées, des bibliothèques universitaires, des hôpitaux, des centres pénitentiaires et des dizaines d’associations se sont mobilisés.

Lectures musicales ou à voix haute, projections de film, expositions, spectacles, jeux autour du livre et de la lecture ou rencontres avec des auteurs… la richesse et la diversité des plus de 4 1000 événements proposés au public ont largement contribué au succès de cette édition.


Une fréquentation accrue en 2018

La manifestation s’est cette année étendue à de nouveaux territoires : Instituts français (Allemagne, Burkina Faso, Chili, Japon, Roumanie, Tunisie), musées, centres culturels, bibliothèques universitaires (26 !), établissements scolaires (avec la mobilisation, notamment, de jeunes lecteurs de CM2 participant au concours de lecture à voix haute les Petits champions de la lecture), mais aussi centres de détention (tels la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis et le centre pénitentiaire de Fresnes), maisons de retraite et hôpitaux (à l’instar de l’hôpital Bichat et de l’hôpital Robert-Debré) et centres de réfugiés.

Le nombre de lieux participants et d’événements programmés a triplé par rapport à la première édition.


Daniel Pennac, défenseur du « partage à voix haute de nos lectures »

Daniel Pennac, parrain engagé de cette 2e édition, a quant à lui porté haut les couleurs de la lecture à haute voix, celle qui permet de transmettre tout à la fois une histoire et le plaisir de lire. Pour reprendre ses mots : « Donner une histoire à entendre, c’est introduire l’autre en littérature. »

Merci à tous pour votre intérêt et votre mobilisation ! À l'année prochaine.