Éditorial de Françoise Nyssen, ministre de la Culture

Publié le 15.01.2018
© Ministère de la Culture et de la Communication

La lecture agrandit nos vies. Parce que c’est une passerelle vers le savoir, la connaissance, l’information ; une passerelle vers le rire, le rêve, les larmes ; vers des territoires et des époques que l’on ne connaîtrait pas autrement que par le récit des narrateurs qui nous y portent. C’est une passerelle vers l’Autre, aussi.

Donner accès aux livres et promouvoir la lecture est une priorité de mon action. Elle s’incarne par le soutien au réseau des 16 500 bibliothèques et médiathèques publiques qui jalonnent la France et forment le premier réseau culturel de proximité ; par l’attention portée à tous les acteurs de la chaîne du livre : auteurs, éditeurs, libraires ; par l’aide à la traduction ; par l’éducation artistique et culturelle, dès le plus jeune âge.

La Nuit de la lecture est un moment de reconnaissance pour toutes celles et ceux qui sont engagés dans cette formidable aventure de la promotion de la lecture. Je formule le vœu que la Nuit de la lecture devienne une rencontre populaire identifiée par tous, une invitation à pousser la porte de sa librairie, de sa bibliothèque, d’un musée, d’un café pour venir partager un moment de lecture. Le 20 janvier prochain, partout en France, nous avons tous rendez-vous.

Je veux saluer l’extraordinaire mobilisation de tous ceux qui rendent cette manifestation possible : bibliothécaires, libraires, associations, enseignants, élèves, bénévoles. Ce sont eux qui font de cette nuit une grande et belle fête. Dès l’après-midi du samedi et jusque tard dans la nuit, des animations auront lieu pour tous les publics : lectures itinérantes, jeux d’évasion, ateliers, débats, rencontres avec des auteurs, illustrateurs, conteurs, et bien d’autres.

Cette fête s’adresse à tous les lecteurs : les grands lecteurs, les lecteurs occasionnels, les futurs lecteurs. Elle est à l’image de notre pays : inventive et diverse.

Je souhaite que le 20 janvier nous soyons tous unis par la plus belle, la plus simple et la plus pure des émotions : le plaisir de lire.


Françoise Nyssen

ministre de la Culture